Menu
drapeau_en.png drapeau_de.png drapeau_cn.png

Eléments historiques

Le Languedoc au fil de l'histoire

Cette région est sans doute, parmi les grandes provinces françaises, celle qui est la plus marquée par l'empreinte de l'Histoire.

L'empreinte de l'Homo sapiens, ancêtre de l'humanité qui multiplia les progrès de l'habitat et de l'outillage pour une économie chasseresse plus efficace mais qui surtout laissa des chef-d'œuvres de grottes peintes, signant là les premières expressions déjà achevés de l'art, il y a plusieurs dizaine de milliers d'années;

L'empreinte des premiers pasteurs et paysans au néolithique qui, voyant la fin d'un climat trop rigoureux, purent développer des activités plus sédentaires et tracer le chemin des transhumances déjà jalonné de dolmens entre la Méditerranée et les Pyrénées;

L'empreinte de la civilisation grecque qui développa au VI siècle avant J.C. le commerce de la poterie, et l'implantation des premiers plants de vigne. Les comptoirs grecs comme Agde enrichirent la région et ses autochtones, tantôt Ligures tantôt Ibères, qui constituèrent des agglomérations (oppida) comme Ensérune afin de surveiller les allers et venues des étrangers et rester maître des voies terrestres et maritimes.

L'empreinte des colonies romaines épousant celle des grecs, qui au Ier siècle avant J.C. créèrent la colonie de Narbonne et surtout, ce qui constituera la colonne vertébrale du Languedoc, la via Domitia , symbole de cette époque qu'était la Pax Romana . On vît l'émergence d'autres colonies comme Béziers, Lodève, Carcassonne, Pézenas, formant alors la toute nouvelle province narbonnaise allant jusqu'à Nîmes qui offrira à Rome un empereur, Antonin le pieux.

L'empreinte de ces grandes cités romaines décorées de somptueux et magnifiques monuments tels que la Maison Carrée, les grandioses arènes de Nîmes, le pont du Gard qui restera le plus grand aqueduc romain d'Europe, et Narbonne qui à son apogée fût la deuxième ville de l'empire romain après Rome.

L'empreinte de cette formidable époque Gallo-Romaine qui a permis l'édification d'un réseau serré de voies de communications, de son système viticole, seul vestige encore vivant aujourd'hui qui a su traverser les siècles pour bonifier les vins du plus grand vignoble du monde, le vignoble du Languedoc, avec ses arômes de Grenache, Mourvèdre, Syrah, élaborés dés le début de notre ère.

L'empreinte des barbares et de leurs invasions qui n'eurent de cesse, dans la première moitié de ce millénaire, entre les uns Vandales, les autres Huns, de combattre les chrétiens, de piller le Languedoc qui se vît ensuite conquis de force au Vème siècle par les Wisigoths;

L'empreinte de la longue et obscure période de la conquête des musulmans aux apparences de sarrasins, de celle des Normands puis Hongrois qui à leur tour pillèrent et détruisirent la plupart des villes languedociennes, appauvrissant le Languedoc qui tombait sous la coupe des égorgeurs, des bandits de grands chemins, de la récession, de la féodalité la plus primaire qui verra l'église multiplier ses rangs à la fin du millénaire;

L'empreinte de la langue d'Oc, langue du midi d'origine latine, qui restera essentiellement pratiquée sans jamais être officielle du Xème siècle jusqu'à l'enseignement du français obligatoire à la fin du XIXème siècle, qui donnera naissance aux premiers poètes et troubadours vers le Xème siècle. Le renouveau, accompagnant le nouveau millénaire et l'Occident, embrassera Le Languedoc tout entier avec sa vocation méditerranéenne. Les fruits des croisades, le développement de nouvelles villes comme Montpellier, l'essor de la viticulture autour des monastères et des abbayes, l'émergence du catharisme, religion du peuple ignorante du latin, la prospérité de l'art Roman, jetteront les bases d'une véritable civilisation languedocienne;

L'empreinte de l'inquisition laissée par l'église redoutant le mouvement hérétique des cathares qui osaient croire en même temps au diable et au bon dieu, tout en prônant une église plus primitive, qui fournissait une alternative insupportable aux yeux du pouvoir religieux en place, au point d'organiser son extermination (croisades contre les Albigeois, Montségur).

L'empreinte du traité de Meaux au XIIIème siècle qui mit un terme à l'indépendance du Languedoc après vingt ans de luttes entre les comtes de Toulouse et les rois de France qui voulait l'unité du pays; celle des épidémies, de la peste noire, de la guerre de cent ans.

L'empreinte du XVIIème et XVIIIème siècle qui verra l'expansion économique du Languedoc avec notamment la construction du canal du Midi aujourd'hui inscrit au patrimoine mondial, par l'ingénieur Pierre-Paul Riquet, canal des deux mers reliant l'Atlantique à la Méditerranée.

L'empreinte de la mutation du XIXème siècle et de la révolution industrielle qui n'aura pratiquement pour seul effet que de faire disparaître l'économie traditionnelle florissante. La polyculture se développera dans le haut Languedoc jusqu'alors "grenier de la France", à l'opposé du bas qui s'affirmera dans l'immensité de son vignoble, pour atteindre une surface de 470 000 ha., la construction des voies de chemin de fer favorisant les débouchés et la floraison de petits propriétaires,
L'empreinte des grandes révoltes du début du siècle, et celle de la renaissance, de la reconnaissance vitivinicole en cette fin de millénaire.

Haut de page